Accueil > L’Institut > Qui sommes-nous ? > Etienne KLEIN, président de l’IHEST

Enregistrer au format PDF
Nomination

Etienne KLEIN, président de l’IHEST

Étienne Klein a été nommé président de l’IHEST par décret du 29 septembre 2016.

Etienne KLEIN est physicien, ancien élève de l’Ecole centrale de Paris, docteur en philosophie des sciences et titulaire d’une habilitation à diriger des recherches. Il est directeur de recherches au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, où il dirige le Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière, et professeur de philosophie des sciences à l’Ecole centrale de Paris. Il est l’auteur de nombreux essais et ouvrages, dont récemment : En Cherchant Majorana. Le physicien absolu, Éditions des Équateurs, 2013, et Le monde selon Etienne Klein, Éditions des Équateurs, 2014. Dans la collection « Questions vives », coéditée par Actes-Sud et l’IHEST, il est également co-auteur de La science en jeu, 2010 ; Partager la science, l’illettrisme scientifique en question, 2013 ; Sciences et Société, les normes en questions, 2014.

Elu à l’Académie des technologies en 2014, Etienne Klein a reçu plusieurs prix pour ses actions en matière de diffusion de la culture scientifique et d’enseignement des sciences, comme le prix Ernest Thorel (éducation) de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, en 2010 pour son livre Galilée et les Indiens (Flammarion).
Membre du Conseil Scientifique d’UNIVERSCIENCE et de l’OPECST, il est aussi producteur de l’émission la « Conversation scientifique » sur France-Culture.

Etienne Klein intervient, depuis l’origine de l’Institut, dans les sessions du cycle national, dans les universités d’été et dans les Ateliers de l’IHEST. Il est membre du conseil scientifique de l’IHEST depuis 2006.

A l’occasion des 10 ans de l’IHEST, nous avons récemment interviewé Etienne Klein, extraits :

  • « Le travail pédagogique qui est fait à l’IHEST est très précieux parce que j’ai l’impression que le match qui nous attend, qui va être sévère, c’est une compétition entre les connaissances et les croyances et si les connaissances ne savent pas d’où elles viennent, ce qui les a fondées, alors ceux qui les possèdent vont les traiter comme des croyances, apprises par des arguments d’autorité. Du coup leur rhétorique sera fragilisée par ceux qui ont des croyances et qui en sont les prosélytes. »
  • « J’ai trop souvent entendu mes collègues scientifiques déplorer que les hommes politiques n’aient pas de connaissances scientifiques, ce qui est en partie vrai, mais on pourrait renverser la question et se demander pourquoi les scientifiques font si peu de politique ? A un moment, il faut cesser de contempler et aller dans le bain. Et l’IHEST, c’est la meilleure façon d’y aller ! »

Le décret de nomination

samedi 1er octobre 2016, par Olivier Dargouge