Accueil > La Médiathèque > Collections > Rapports d’étonnement > Le cerveau

Enregistrer au format PDF

Promotion Gérard Mégie 2008

Le cerveau

Quels sont les problèmes posés par le dépistage précoce de certaines pathologies du cerveau, comme la maladie d’Alzheimer pour laquelle il n’y a pas de traitement proposé ?

Membres du groupe : Sophie Bécherel, Fabrice Besacier, François Cansell, Nathalie Denoyés, François Houllier, Jean-pierre Moinaux, Vincent Rigaud, Hélène Serveille, Serge Svizzero, Philippe Tournier, Eric Vindimian.

Animatrice : Isabelle Giri

Préambule

La question posée au groupe de l’atelier « Cerveau » était la suivante : Quels sont les problèmes posés par le dépistage précoce de certaines pathologies du cerveau, comme la maladie d’Alzheimer pour laquelle il n’y a pas de traitement proposé. Compte-tenu de l’ampleur du sujet et du nombre de maladies neurodégénératives, le groupe a souhaité se focaliser sur la seule maladie d’Alzheimer. Le mot « dépistage » a fait débat, le groupe a choisi d’aborder également la notion de diagnostic1. Le développement annoncé de la maladie d’Alzheimer pose la question du diagnostic précoce de cette pathologie. Tous les acteurs semblent d’accord sur sa nécessité depuis 2000, il n’est pourtant toujours pas mis en œuvre. Cette question est d’autant plus redoutable que cette maladie, malgré de réels espoirs thérapeutiques, est aujourd’hui sans remède curatif et se caractérise par de réels impacts sur l’environnement familial et social des malades. En ce qui concerne le dépistage la pertinence de la question tient au fait que les nouveaux traitements promis par la science médicale seront d’autant plus efficaces qu’ils seront administrés de façon précoce. Constatant le nombre d’études et de plans sur le sujet et l’absence de controverse scientifique, le groupe n’a pas souhaité proposer de synthèse supplémentaire. Il a joué le jeu de l’étonnement et s’est interrogé, en non spécialiste, sur les différents enjeux de société posés par cette maladie liée au vieillissement, à l’exclusion notamment des cas rares d’Alzheimer précoces d’origine génétique.


PDF - 476.9 ko
Rapport d’étonnement de l’atelier cerveau
480 ko

vendredi 20 juin 2008, par Olivier Dargouge