Accueil > La Médiathèque > Collections > Rapports d’étonnement > Maintien à domicile des personnes fragiles

Enregistrer au format PDF

Promotion Christiane Desroches-Noblecourt 2012

Maintien à domicile des personnes fragiles

La question qui nous était posée dans l’atelier maintien à domicile des personnes fragiles, était celle du « cinquième risque » : la dépendance. Et de l’apport des technologies notamment numériques dans l’accompagnement et la diminution de la perte d’autonomie. En France, le système de la prise en charge de la dépendance distingue deux populations : les plus et les moins de 60 ans. Même si cette distinction est remise en cause par de nombreux acteurs du secteur, le groupe, après discussion, a décidé de se focaliser sur les seniors. D’abord parce que les « juniors » en situation de handicap doivent affronter des problèmes spécifiques très divers qui nous ont semblé trop vastes à traiter dans le temps imparti, sans compter que leurs problématiques principales d’éducation et d’emploi sortent largement de la question du maintien à domicile. Ensuite parce que la dépendance des aînés - qui résulte d’une des plus grandes avancées médicales et sociales du XXe siècle : l’allongement de l’espérance de vie - concerne toute le monde : nous sommes tous des aidants, des aidés, des futurs aidants ou des futurs aidés.

PDF - 395.5 ko
Maintien à domicile des personnes fragiles
Télécharger le rapport d’étonnement 395 ko

Les rapports d’étonnement des ateliers sont le résultat d’un travail de réflexion des auditeurs au cours de sept demi-journées en atelier, sur des sujets d’étude proposés par l’IHEST.

.

.

.

.

.

.
Les travaux et réflexions des auditeurs s’appuient sur des données provenant d’exposés, d’échanges et de visites qui ont lieu à l’occasion des différentes sessions de l’année ; de rencontres avec des experts invités lors des séances en atelier et de l’exploitation d’une large bibliographie sur le sujet proposé.

Les objectifs des ateliers sont, autour de l’étude d’une situation d’incertitude scientifique et/ou de controverse, d’analyser la complexité des enjeux et la prise en compte de la démarche scientifique, d’explorer le jeu des acteurs, l’évolution des modes de gouvernance, en particulier la place des débats, et d’analyser la nature de l’information en jeu dans ces processus.

Le nombre limité de séances ne permet pas d’appréhender et d’approfondir l’ensemble des problématiques, scientifiques, économiques et sociales liées aux sujets proposés. Les travaux des groupes d’auditeurs sont néanmoins riches de questions, d’étonnements et même de propositions de changement.

Au-delà du contenu des rapports, les ateliers fournissent l’occasion d’un apprentissage collectif et de réflexions pluridisciplinaires qui sont au centre de l’approche pédagogique de l’IHEST. En croisant leurs regards de non-spécialistes provenant d’horizons multiples, les auditeurs construisent une intelligence collective qui leur permet ensuite d’aborder l’écriture en commun d’un rapport d’étonnement.

Ces ateliers constituent une expérience enrichissante pour les auditeurs en termes d’acquisition de connaissances nouvelles, mais surtout de méthodologie de travail en groupe et d’adaptation à la dynamique, aux compétences et à la sensibilité des uns et des autres.

Marie-Françoise Chevallier-le Guyader

Directrice de l’IHEST

lundi 15 octobre 2012, par Olivier Dargouge