Accueil > La Médiathèque > Dossiers > Innovation : repères > Quels liens entre recherche et innovation en France et en Europe (...)

Enregistrer au format PDF

Innovation - repères

Quels liens entre recherche et innovation en France et en Europe ?

Le futur programme européen pour la recherche et l’innovation, Horizon 2020 et les stratégies nationales de recherche et d’innovation mettent l’accent sur la nécessité de promouvoir conjointement recherche et innovation afin d’assurer une croissance intelligente, durable et inclusive de nos économies. L’initiative « Une Union de l’innovation » préconise quant à elle une approche stratégique et intégrée en matière de recherche et d’innovation. C’est pour cette raison qu’Horizon 2020 regroupera le programme cadre de recherche et développement technologique (PCRDT), le programme cadre pour la compétitivité et l’innovation (CIP) et l’Institut Européen de Technologie (EIT) créé en 2007. Si ces politiques européennes consacrent un lien étroit entre recherche et innovation, une relecture historique de leur évolution montre que ne se déploie pas Une Europe intégrant la recherche et de l’innovation mais une Europe de la recherche et de l’enseignement supérieur s’est organisée et une Europe de l’innovation se cherche encore.

L’innovation : le nouveau défi de la recherche ?

Optimiser la recherche ne conduit pas nécessairement à augmenter le taux d’innovations. En effet, les conditions du développement de la recherche ne sont pas identiques à celles du développement de l’innovation. L’économiste Dominique Foray distingue ainsi les écologies de la connaissance des systèmes d’innovation. Si les premières qui déterminent les conditions de création, de circulation et d’utilisation de la connaissance sont relativement stables, les seconds, qui naissent des interactions et des connexions des composantes des écologies de la connaissance, évoluent sans dans un sens favorable ou non à l’innovation. En d’autres termes, il peut y avoir une écologie de la connaissance forte sans qu’il n’y ait pour autant de système propice aux innovations !

Les écologies de la connaissance ont très souvent été bâties dans des circonstances socio-économiques particulières pour pouvoir répondre aux objectifs (sécurité et défense initialement, grands défis sociétaux aujourd’hui s’ajoutant aux précédents) des États et des sociétés. Or, aujourd’hui, pour les pays occidentaux, et l’Europe en particulier, le grand défi qui sous-tend les écologies de la connaissance n’est autre que l’innovation. En effet, au-delà des objectifs sectoriels, tels que le changement climatique ou le vieillissement de la population, l’innovation est devenue le véritable principe mobilisateur des écologies de la connaissance.

Pour relever ce défi de l’innovation et permettre aux résultats de la recherche de diffuser dans le monde économique et la société, les initiatives se multiplient pour mieux connecter mondes académique et industriel et encourager la création d’entreprises innovantes.

Comment faire en sorte que les résultats de la recherche contribuent à l’innovation ?

Si l’innovation est désormais un défi à relever pour les écologies de la connaissance, elle est aussi devenue le cœur stratégique et le processus organisateur des entreprises engagées dans une compétition par l’innovation intensive. Depuis quelques années, les politiques européenne et nationales visent ainsi à décloisonner mondes académique et privé pour créer les conditions favorables à la création de connaissances puis à leur transfert vers l’économie.

Dans le contexte d’économie de la connaissance, la recherche publique en amont de l’économie joue un rôle fondamental en assurant l’offre de nouvelles idées, de nouveaux savoirs et de capital humain. D’où l’importance de transférer et de valoriser la connaissance issue de cette recherche publique vers le monde économique. Ce transfert et cette valorisation de la connaissance rassemblent des activités variées telles que les recherches menées en collaboration, les services d’assistance et de conseil, l’essaimage, l’exploitation des licences, la mobilité des chercheurs, les publications, etc.

Les initiatives dans ce domaine sont nombreuses et consistent à :

Objectifs Exemple d’initiatives européennes Exemple d’initiatives françaises
Rapprocher les acteurs (chercheurs, entrepreneurs, industriels, pouvoirs publics) et favoriser la recherche partenarialeEspace européen de la recherche, Communautés de la connaissance et de l’innovationPôles de compétitivité
Stimuler les investissements privés et publics dans la R&D et dans les technologiesBanque européenne d’investissementInvestissements d’avenir, Crédit impôt recherche, Banque publique d’investissement
Encourager les carrières scientifiques, favoriser la mobilité des chercheurs, attirer les talents et soutenir la recherche d’excellenceConseil européen de la recherche, Actions Marie CurieOpération Campus
Orienter la recherche vers des axes stratégiquesProgrammation conjointe, Défis sociétaux du programme Horizon 2020, Développement des technologies clés génériquesStratégie nationale de recherche et d’innovation

Malgré ces nombreuses initiatives politiques, il reste difficile de parler d’une politique européenne de la recherche et de l’innovation. En effet, comme le constate Philippe Laredo, au cours de la première décennie du XXIe siècle, les politiques européennes ont permis d’aboutir à une véritable Europe de l’enseignement supérieur et de la recherche.
En revanche, il y a eu très peu d’avancées sur les ambitions de Lisbonne centrées sur une Europe de l’innovation. Cette déconnexion entre Europe de la recherche et Europe de l’innovation pose la question de la gouvernance de ces deux « Europe » et soulignent les défis institutionnels et organisationnels auxquels l’Union européenne devra répondre à travers son programme Horizon 2020.

La R&D et l’innovation au crible des stratégies industrielles Gilles Le Blanc, Paroles de chercheurs, 2011
Bibliographie

jeudi 18 juillet 2013, par HUCHERY Mélissa


Mots clés : Innovation