Accueil > La Médiathèque > Dossiers > Le temps de l’éducation > Introduction

Enregistrer au format PDF

Le temps de l’éducation

Introduction

Ce document synthétise les réflexions tenues à l’IHEST, lors de la session sur le thème « Le temps de l’éducation » qui a eu lieu le 11 mai 2015 dans le cadre du cycle national de formation « Temps des sciences, Trajectoires des sociétés ».

Il se base sur les interventions de Philippe Dedieu, directeur, direction nationale du numérique, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) ; Janet Looney, directrice, Institut européen d’éducation et de politique sociale (EIESP) ; Camille Pène, directrice du festival Futur en Seine, Cap Digital ; Sophie Pène, professeur, université Paris Descartes, membre du Conseil national du numérique, ancienne auditrice de l’HEST ; Jean-Claude Ruano-Borbalan, professeur associé, CNAM, directeur du laboratoire Histoire des techno-sciences en société ; Yves Winkin, directeur de la culture scientifique et technique, CNAM, directeur du Musée des arts et métiers ; Heinz Wismann, philosophe et philologue, Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).

« Le numérique doit être une chance pour tous les élèves, une opportunité supplémentaire pour l’Ecole, dans sa tâche de transmission des savoirs » a déclaré le Président de la République François Hollande en présentant le Plan numérique pour l’école le 7 mai dernier. Quelques jours après, les travaux de la session de l’IHEST ont mis en perspective les profondes mutations nécessaires dans l’éducation.

En introduction, le philosophe Heinz Wismann a souligné l’importance de mener une réflexion sur l’éducation et son rapport au temps pour élaborer un savoir-faire culturel qui suppose des langues sous toutes les formes et des compétences.
Le vaste panorama proposé sur l’évolution des systèmes éducatifs, leur standardisation et leur lien avec le système économique a permis de montrer comment se renouvelaient les questions fondamentales des connaissances à transmettre et de la transmission des savoirs. Même si en France et dans la plupart des pays, la façon de penser l’éducation et l’innovation pédagogique réclament du temps, comme l’a illustré une comparaison internationale.

Une chose est certaine, avec le numérique se joue aujourd’hui la redéfinition de ce qu’est apprendre. L’exemple du CNAM, avec la formation continue des adultes, signale les changements qui se jouent avec le numérique dans les modalités d’enseignement et d’appropriation des connaissances. Les craintes et les interrogations sont multiples parmi les acteurs de l’éducation et il ne faut pas se tromper d’enjeu. Une approche instrumentale réduisant le numérique à un outil au service des pratiques pédagogiques est réductrice dans la mesure où la question posée est, comme l’a plaidé Sophie Pène, quelle école bâtir pour la société numérique ?

jeudi 22 octobre 2015, par HUCHERY Mélissa