Accueil > La Médiathèque > Dossiers > Les déchets des ménages > Les déchets des ménages

Enregistrer au format PDF

Dossier thématique

Les déchets des ménages

Les instances internationales considèrent que la gestion des déchets est l’un des défis majeurs du XXIe siècle. Les objectifs vont de l’amélioration des conditions de vie à la création d’une économie circulaire afin d’économiser le plus possible les ressources naturelles.
Le dossier traite de la gestion des déchets municipaux, qui est la grande priorité dans la plupart des pays. Les exemples sont pris principalement dans les trois grandes aires économiques actuelles : la Chine, les États-Unis et l’Europe (dans l’ordre alphabétique).
Le lecteur intéressé par les éléments du débat à l’échelle de la France est invité à consulter le dossier Déchets sur le site de l’IHEST

Lire le dossier :

PDF - 5.1 Mo
Les déchets des ménages (PDF)

EXTRAITS

Qu’est-ce qu’un déchet ménager ?

La directive 2008/98/CE définit comme déchet toute substance ou tout objet dont le détenteur se défait ou dont il a l’intention ou l’obligation de se défaire. Ceci ne veut pas dire qu’un déchet n’a aucune valeur car il peut intéresser une autre personne. C’est le cas par exemple des bouteilles vides qui sont des déchets pour les particuliers et de la matière première pour l’industrie du verre.
La définition des déchets municipaux varie d’un Etat membre à l’autre. En France, les déchets municipaux correspondent à tous les déchets dont la responsabilité de la collecte et de l’élimination est assurée par la commune. Ils comportent les déchets ménagers (ensemble des déchets produits par l’activité domestique des ménages : ordures ménagères, encombrants et déchets dangereux des ménages), les déchets du nettoiement municipal, les déchets de l’assainissement collectif et les déchets verts des collectivités. Les déchets du traitement de l’eau (ex : les boues des stations d’épuration) ne sont pas classés comme déchets municipaux.
Les déchets des ménages constituent l’essentiel des déchets municipaux, aussi les deux termes sont-ils considérés comme synonymes dans la plupart des textes.

Les déchets aujourd’hui

Quelle est la part des déchets municipaux dans l’ensemble des déchets ?

Dans l’Union européenne, près de deux-tiers des déchets proviennent des secteurs de la construction, des mines et des carrières. Il s’agit majoritairement de déchets inertes réutilisés dans les travaux publics (ex : remblais, sous-couche routière). Les déchets industriels, les déchets municipaux et les boues des stations d’épuration représentent 70 % des déchets restants. Les trois catégories sont à peu près égales.

Les proportions relatives des différents types de déchets reflètent l’activité économique. Elles sont naturellement très différentes en Chine : il y a 19 fois plus de déchets industriels que de déchets municipaux.

Quelle est la quantité de déchets municipaux par habitant ?

A l’échelle mondiale, la production de déchets est à peu près proportionnelle au revenu des habitants.

En 2013, la production de déchets municipaux était en moyenne de 480 kilogrammes par habitant dans l’Europe des 28. Elle allait de 250 kg en Roumanie et 750 kg au Danemark.

En 2013, la production de déchets municipaux en Chine était en moyenne de 240 kilogrammes par habitant dans les villes, soit moitié moins qu’en Europe (Figure 13). Elle allait de 140 kg dans le Guangxi (une province agricole à la frontière du Viêt Nam) à 370 kg à Beijing.
L’efficacité de la collecte des déchets progresse rapidement en Chine : 71 % en 2009, 80 % en 2011, 89 % en 2013 (à titre de comparaison, elle était de 98 % dans l’Europe des 28 en 2013).
NB Les statistiques officielles chinoises ne donnent que la quantité de déchets municipaux par habitant dans les villes, elles ne couvrent que 54 % de la population. On trouve encore des décharges sauvages dans les zones rurales proches des villes (les auteurs chinois parlent de ”waste siege”).

La production moyenne de déchets municipaux aux Etats-Unis était de 730 kg par habitant en 2013, soit 1,5 fois plus qu’en Europe.
Les statistiques de la production de déchets municipaux sont des ordres de grandeurs. En effet, il existe des différences entre les pays dans la façon de prendre en compte les collectes sélectives réalisées par le secteur privé et les déchets produits par les activités commerciales.

Quelle est la composition des déchets municipaux ?

Les déchets municipaux contiennent principalement :
• des déchets organiques (ex : restes de nourriture, jardinage),
• du papier et du carton (ex : journaux, emballages),
• du plastique (ex : bouteilles en plastique, emballages),
• du verre (ex : bouteilles vides)
• et du métal (ex : cannettes, boîtes de conserve).
Les déchets organiques, le papier et le carton font ensemble plus de la moitié du poids des déchets municipaux
Il faut noter que la production de déchets organiques est quasiment la même aux Etats-Unis et en Chine (respectivement 205 et 210 kg par habitant et par an) alors que la production totale de déchets varie du simple au double. La principale différence vient des déchets de papier et d’emballages : les Etats-Unis en produisent cinq fois plus que la Chine. La production de déchets, toutes catégories confondues, est beaucoup plus faible en Inde (210 kg par habitant et par an).

Que fait-on des déchets ?

Décharge

En 2013, 30 % des déchets municipaux étaient mis à la décharge sans valorisation préalable dans l’Europe des 28 (mais 11 % seulement dans l’Europe des 15), 53 % aux Etats-Unis et 68 % en Chine. Le taux de mise en décharge est cependant très variable au sein de chaque aire économique. (Il faut noter que les décharges modernes sont des installations techniques très réglementées, elles n’ont rien de commun avec des décharges sauvages.)

Incinération

L’incinération des déchets municipaux est une solution répandue en Europe (Figure 16). En 2013, elle représentait 44 % du traitement des déchets municipaux (en poids) dans l’Europe des 15 et 26 % dans l’Europe des 28. Elle est aussi très utilisée en Chine (30 % des déchets pour l’ensemble du pays), et plus particulièrement dans les provinces côtières. Ce sont les provinces les plus riches et les plus peuplées.
L’incinération des déchets est en revanche exceptionnelle aux Etats-Unis puisqu’elle ne concernait en 2013 que 13 % des déchets (en poids). On la trouve principalement le long de la côte nord-est des Etats-Unis et en Floride (Figure 16). Elle n’est utilisée pour plus de 25 % des déchets que dans le Connecticut, le District of Columbia, le Maine et le Massachusetts.

Recyclage

En 2013, 43 % des déchets (en poids) partaient au recyclage dans l’Europe des 28 (et même 46 % dans l’Europe des 15) alors que la proportion étaient de 34 % aux Etats-Unis

Transformer les déchets en énergie

Tous les matériaux riches en carbone peuvent brûler, c’est le cas des biodéchets, du papier, du carton, du bois, des textiles et du plastique. Ils constituent les combustibles solides de récupération de la littérature technique (Solid Recovered Fuels en anglais).
Les déchets combustibles représentent plus de 80 % du poids des déchets municipaux. En revanche seuls les biodéchets sont rapidement dégradés par les micro-organismes. Ce sont les seuls utilisables avec les procédés biologiques.
Il faut noter que les déchets combustibles sont dans la plupart des cas potentiellement recyclables.

La valorisation énergétique des biodéchets est particulièrement développée dans l’Union européenne, elle y est en moyenne de 240 kWh par personne et par an (Figure 27). Il s’agit malgré tout d’une source d’énergie marginale : un ménage consomme 2 500 kWh par an rien qu’avec l’électroménager.

En Chine, le nombre de décharges exploitant le biogaz pour produire de l’électricité augmente de 35 % par an depuis 2007 et le nombre d’incinérateurs de 14 % (Figure 28). Le plus gros incinérateur chinois est à Beijing, il a une capacité de 3 000 tonnes par jour (l’incinérateur desservant Paris et une partie de la banlieue a une capacité de 1 900 tonnes par jour). La production d’électricité reste cependant négligeable à l’échelle de la Chine.
Plus des deux-tiers des incinérateurs sont installés dans la région du Yangtze et du Pearl River Delta, les autres sont localisés dans les capitales provinciales. Les décharges sont nombreuses dans le centre et l’ouest du pays, dans des régions où la densité de population est faible.

Sommaire complet du dossier

Introduction

Les politiques en matière de déchets

Les objectifs pour la gestion des déchets sont-ils les mêmes partout ?
Quelles ont été les grandes dates de la législation des déchets ?
Quels sont les prochains objectifs de l’Union européenne en matière de déchets ?
Le traitement des déchets participe-t-il à l’augmentation de l’effet de serre ?
Quel est le coût du traitement des déchets municipaux ?
La gestion des déchets municipaux représente-t-elle une dépense importante pour une ville ?
Pourquoi une bonne gestion des déchets est-elle difficile dans les pays en développement ?
Existe-t-il des aides internationales pour améliorer la gestion des déchets dans les pays en développement ?
La tarification incitative est-elle efficace en matière de traitement des déchets ?
Le mode de tarification influe-t-il sur la production de déchets ?
Peut-on réduire la quantité de déchets municipaux en agissant en amont des ménages ?

Les déchets aujourd’hui

Quelle est la part des déchets municipaux dans l’ensemble des déchets ?
Quelle est la quantité de déchets municipaux par habitant ?
Quelle est la composition des déchets municipaux ?
Que sait-on de la production de déchets dans le tiers-monde ?
Met-on encore souvent les déchets municipaux directement à la décharge ?
L’incinération des déchets municipaux est-elle une solution répandue ?
Le recyclage est-il la norme dans le monde ?

Les décharges

Qu’est-ce qui caractérise une décharge moderne ?
Une décharge moderne coûte-t-elle chère ?
Que deviennent les déchets enfouis dans une décharge ?
Quel est le cycle de vie d’une décharge moderne ?
Comment la période post-exploitation est-elle gérée ?
Peut-on raccourcir la période post-exploitation ?
Quelles sont les objections du public face à un projet de décharge ?
Que faire des anciennes décharges ?
Le landfill mining a-t-il un intérêt économique ?

Les biodéchets

Qu’est-ce qu’un biodéchet ?
Jette-t-on beaucoup de nourriture ?
Que disent l’Union européenne et la loi française au sujet des biodéchets ?
Quels déchets peuvent être convertis en énergie ?
Où en est-on dans le monde pour la valorisation énergétique des déchets ?
Quelles sont les techniques actuelles pour convertir les déchets en énergie ?
Que fait-on des déchets produits par la valorisation énergétique des déchets ?
Peut-on produire un compost de qualité avec les déchets municipaux ?

Le recyclage

Le tri des déchets – combien de poubelles ?
Le tri mécanisé des déchets recyclables fonctionne-t-il de façon satisfaisante ?
Comment fonctionne l’économie du recyclage en Chine ?
Combien rapporte le recyclage des déchets d’emballages ?
Qui finance la collecte et le recyclage des déchets ?
Quel rôle jouent les déchets municipaux dans la production de matières premières issues du recyclage ?
Pourquoi les DEEE sont-ils un cas à part ?
Quelle est la politique chinoise en matière de DEEE ?
Quelle est l’importance de la R&D dans l’industrie du recyclage ?
Quelle est l’importance du commerce international des déchets ?

Références

Voir aussi :

La gestion des déchets ménagers,

l’un des premiers rapports d’étonnement des atelier du cycle national, il y a dix ans déjà l’IHEST attirait l’attention de ses auditeurs sur ce sujet crucial à l’interface science-société.

Le dossier Déchets des Dossiers Science et politiques publiques,

un ensemble de documents réalisés dans le cadre de l’unité mixte Science et décision dirigée par Alain Hénaut (CNRS, université d’Evry) en 2003, puis dans le cadre de l’enseignement Science et débat public de l’université Pierre et Marie Curie (Paris VI) en 2009.

Résidus des produits pharmaceutiques dans l’eau

Un type de déchets particulier pour lequel un Plan national sur les résidus médicamenteux a été lancé en mai 2011 sur lequel les auditeurs du cycle 2011-2012 de l’IHEST se sont penchés au cours d’un atelier à l’issue duquel ils ont produit ce rapport d’étonnement.

Le modèle de l’économie circulaire : le retour à un temps cyclique

Ce document synthétise les réflexions qui se sont tenues à l’IHEST, lors de la session sur le thème « Le modèle de l’économie circulaire : le retour à un temps cyclique » qui a eu lieu le 15 janvier 2015 dans le cadre du cycle national de formation « Temps des sciences, Trajectoires des sociétés ».

vendredi 21 octobre 2016, par HUCHERY Mélissa