Accueil > La Médiathèque > Dossiers > Les sociétés à l’épreuve du changement climatique > Changement climatique : quels leviers économiques ? > Ivar EKELAND - Les controverses en économie

Enregistrer au format PDF

Les sociétés à l’épreuve du changement climatique

Ivar EKELAND - Les controverses en économie

Intervention d’Ivar EKELAND lors de l’université d’été 2013 sur les controverses.

Les économistes répondent à des questions incomplètes !

Existe-t-il des controverses en économie ? Ivar Ekeland répond qu’il y en a sans cesse. La crise économique depuis 2008 génère des controverses sur les moyens d’en sortir : austérité ou pas ? Si personne ne dépense plus que devient l’économie ? Inflation ou pas ? Faut-il sortir de l’Euro. Autre sujet, le réchauffement climatique. S’il est réel que faire, selon quelles priorités ? Lutter contre le paludisme à peu de frais en sauvant beaucoup de personnes ou combattre le changement climatique à grand frais pour un résultat incertain et lointain.

Point commun à ces polémiques : les enjeux considérables sous-jacents. La guerre de 14-18 nous rappelle les effets cumulés catastrophiques de l’austérité, du maintien de la monnaie, l’étalon or. Pourquoi maintenir une telle fiction monétaire quand tant de gens sont dans la misère.

Les intérêts en cause diffèrent : l’inflation nuit aux revenus fixes (retraités et gens fortunés), c’est l’euthanasie des rentiers mais les jeunes profitent de l’inflation. Les économistes sont convoqués comme témoins. On crée des “think tank“composés de personnes “désintéressées“ réfléchissant sur tel ou tel sujet. Pratique inconnue des sciences naturelles où certaines données sont immuables (soleil, lune…). En sciences sociales les choses sont plus mouvantes : la filiation est très différente selon les civilisations.

La théorie économique actuelle repose sur des non-dits : qui va bénéficier des actions ? Il n’en existe pas qui bénéficient à tous. Elle indique des moyens pas un but (lequel d’ailleurs). Elle est basée sur l’individualisme méthodologique. Les individus ont des comportements rationnels et le niveau microéconomique est très bien décrit.
Le problème se situe au niveau macroéconomique : on ne sait pas traiter la question de la coordination entre personnes donc l’anticipation. Les prédictions sont autoréalisatrices, conséquence de l’intrication entre observateur et observé : si tout le monde croit que ça va repartir, alors ça repartira ! A la différence de la physique où l’avenir dépend du présent, en économie l’avenir dépend aussi de ce qu’on pense qu’il sera ! Des acquis tout de même : La société n’est pas un individu ; les politiques économiques n’affectent pas une société mais chacun de ses membres à des degrés divers. L’impact du changement climatique à 50 ans est différent pour les pays du nord et du sud, sur les jeunes et les vieux (disparus entre temps), les riches et les pauvres.

L’intérêt général n’est pas une donnée a priori mais un compromis à construire ! Il n’existe pas d’intérêt général spontané, seulement des intérêts particuliers. L’information est asymétrique en raison du mensonge et de la dissimulation et leur corollaire, le soupçon généralisé : personne n’est désintéressé ! Que peut dire l’économiste ? Il ne peut pas dire l’intérêt général ni le but à atteindre, il propose des moyens prenant en compte la situation concrète. Sa parole est performative (ça se passe parce que je l’ai dit). D’où parle l’économiste ? Trois situations : la sphère universitaire et son jeu académique ; l’organisme de prévision (il vaut mieux se tromper avec tout le monde qu’avoir raison seul), l’avocat ou le communicant prompts à travestir la théorie si besoin.

Que nous apprennent les controverses ? L’utilitarisme individuel est une boite noire et ne sait pas ce qu’est un être humain. Le bien commun, l’intérêt général, la justice, l’équité sont en dehors de la théorie économique. Il n’existe pas de théorie de la société. D’où la recommandation d’Ivar Ekeland à propos d’économie : toujours se demander qui parle et pourquoi.

Compte rendu de l’intervention d’Ivar EKELAND lors de l’université d’été 2013 sur les controverses

PDF - 423.4 ko
Ivar EKELAND - Controverses en économie

jeudi 5 novembre 2015, par HUCHERY Mélissa