Accueil > La Médiathèque > Dossiers > Les sociétés à l’épreuve du changement climatique > Rendre concret le changement climatique > Isabelle VEYRAT-MASSON - Le climat : quel traitement par les médias (...)

Enregistrer au format PDF

Les sociétés à l’épreuve du changement climatique

Isabelle VEYRAT-MASSON - Le climat : quel traitement par les médias ?

Isabelle Veyrat-Masson distingue quatre fonctions des médias français dans l’espace public. Cette distinction s’appuie sur les travaux de Guillaume Sainteny de 1994, sur les médias français et l’écologisme.

Tout d’abord, les médias ont une fonction d’agenda : ils sélectionnent les thèmes qu’ils considèrent comme méritant l’attention du public et traitent surtout les grands évènements climatiques, en particulier les catastrophes (tempêtes, inondations, incendies...). Ces questions du quotidien choisies par les médias sont ainsi des questions qui ont rapport avec l’environnement. Elles font émerger la première écologie politique. Autre aspect important lié à cette fonction d’agenda : la question climatique passe dans les années 1970 des journaux spécialisés à la grande presse. Ainsi les médias se dotent de journalistes spécialisés et des tribunes d’experts sont publiées.

La deuxième fonction est celle de l’amorçage : c’est-à-dire que les médias proposent un cadrage, une prise de position. Des propos engagés et militants qui vont dans le sens de la dénonciation du réchauffement climatique voient le jour. Cela pose un problème aux journalistes qui veulent rester objectifs et éviter le cadrage. Ils doivent donc choisir entre ces deux attitudes : engagement ou objectivité. Les effets de cet amorçage sont que les faits divers climatiques sont présentés comme des conséquences du réchauffement climatique alors que certains scientifiques se refusent de faire ce lien de causalité directe.

La troisième fonction est celle de la légitimation et le l’institutionnalisation des questions liées à l’environnement et au climat. Elle se fait principalement par l’image (télévision) car elle a un effet de représentativité important. Il y a également une augmentation des rubriques dans les journaux qui légitimise ces questions.
Enfin, la quatrième fonction est celle de la mobilisation : elle concerne la capacité des médias à mobiliser les citoyens sur certaines questions liées au climat. L’apparition des nouvelles technologies de communication a permis de développer considérablement ce phénomène. Cette mobilisation se fait aussi via des documentaires marquants (ex : Al Gore, Yann Arthus Bertrand). Certains journalistes utilisent aussi leur notoriété afin de mobiliser le plus grand nombre. Enfin, internet et les réseaux sociaux sont des vecteurs importants permettant la mobilisation citoyenne.

Compte-rendu de l’intervention d’Isabelle Veyrat-Masson lors de l’université d’été 2015

PDF - 1.1 Mo
Isabelle Veyrat-Masson - Quel traitement par les médias ?

jeudi 5 novembre 2015, par Patricia MULLER


Thèmes : Grands défis