Accueil > La Médiathèque > Dossiers > Les sociétés à l’épreuve du changement climatique > Rendre concret le changement climatique > Mathias GIREL - Quelles controverses autour du climat ?

Enregistrer au format PDF

Les sociétés à l’épreuve du changement climatique

Mathias GIREL - Quelles controverses autour du climat ?

La question du changement climatique est souvent traitée sous l’angle de la controverse. Incontournable dans les dé- bats, cette notion de controverse fait pourtant l’objet d’un flou que Mathias Girel tente de lever en revenant sur sa structure, ses objets et ses conséquences. Il rappelle que plu- sieurs conditions doivent être réunies pour donner naissance à une controverse. Il faut d’abord qu’il y ait au moins deux personnes en désaccord sur un objet auquel on prête des propriétés contradictoires incompatibles. Il faut ensuite que ce conflit se déconfine vers une arène plus vaste, que l’on en appelle à des tiers.

Plusieurs opérateurs peuvent être à l’origine de ce déconfinement : l’incertitude lorsqu’elle est identifiée à de l’ignorance ; l’intérêt supposé que l’on dé- nonce chez quelqu’un qui serait parvenu à un résultat ; le fonctionnement de l’institution qui exclurait de fait les voix minoritaires ; la concurrence entre normes consistant à substituer à une controverse une autre controverse. Ces stratégies de création de controverses sont parfois délibérément employées pour retarder le consensus autour d’une question dans l’opinion publique. Pourquoi le changement climatique apparaît-il comme un objet de controverse ? Non pas simplement parce qu’il n’est pas « ressenti » par le public, mais aussi parce qu’il souffre de la communication du GIEC qui a du mal à éviter le déconfinement et parce qu’il a trop souvent été présenté sur le modèle linéaire d’une continuité entre science et politique. Résultat : on en arrive à discuter des résultats scientifiques alors que le problème est politique. Les controverses ont ainsi pour effet de retarder les entreprises de régulation et de réglementation en suscitant le doute.
Un doute qui peut être renforcé par des réponses malheureuses du type « la science a tranché » ou lorsque les adversaires augmentent le coût de l’erreur. Ce climat de doute entretient l’idée d’une porosité entre débat scientifique et débat public. Il produit par ailleurs des effets indirects sur les chercheurs, au premier rang desquels la peur du stéréotype ou la tendance à sous-estimer l’accord des pairs.

Compte-rendu de l’intervention de Mathias Girel lors de l’université d’été 2015

PDF - 1.1 Mo
Compte-rendu de l’intervention de Mathias Girel

jeudi 5 novembre 2015, par Patricia MULLER