Accueil > Les Actualités > Actualités de l’IHEST > La lettre du 25 Avril 2013

Enregistrer au format PDF
Paroles de chercheurs - Séminaire - Cycle national - Université d’été

La lettre du 25 Avril 2013

INSTITUT DES HAUTES ETUDES POUR LA SCIENCE ET LA TECHNOLOGIE

Newsletter du 25 avril  2013

jaylee120.jpgParoles de chercheurs
Innovation Dominante pour la création de valeur
jeudi 16 mai 2013 - 18h00-19h30
Après "Basculement du monde, basculement de l’innovation", le Paroles de chercheurs durant lequel vous avez pu rencontrer Jean-Joseph Boillot et Navi Radjou,en janvier 2013, l’IHEST poursuit son exploration de l’innovation dans la mondialisation et vous convie à rencontrer un invité exceptionnel : Jay LEE, président de l'
Institut avancé de recherche sur la technologie industrielle
, Université Jiao Tong de Shanghai, Directeur du Centre de recherche coopérative Industrie/Université de la NSF sur les systèmes de maintenance intelligents (IMS), professeur à l'université de Cincinnati...

En savoir plus

Séminaire du cercle de réflexion Science & Politique
Élus locaux, scientifiques, experts : quelles interactions ?
Retours d'expériences
Mardi 14 mai 2013 - 9h00-16h30
avec la collaboration de l’Association des maires ruraux de France et de la Société française Santé-Environnement

En savoir plus

travail175.pngCycle national de formation 2013-2014
Science, innovation et numérique : les sociétés en question
APPEL A CANDIDATURES PROLONGÉ JUSQU'AU 17 MAI
Le cycle national de formation 2013-2014 se propose de croiser les regards de spécialistes de toutes disciplines sur les évolutions de la société dues aux technologies numériques. Le monde numérique induit-il l’apparition d’une culture inédite dans laquelle l’espace, le temps et la matière développeraient des alliances nouvelles ? Les interfaces qui tendent à relier les êtres humains entre eux, sont-elles des objets de liberté ou des systèmes d’asservissement ? L’usage de ces outils modifie-t-il l’Homme dans son développement et son comportement et à l’inverse, quelles constantes observe-t-on ?...

En savoir plus

Université européenne d'été
La controverse : enjeux scientifiques, enjeux de société
1 au 4 juillet 2013 ; Les Fontaines, Chantilly (60)
Depuis une trentaine d’années, la notion de controverse semble être devenue centrale pour approcher les découvertes scientifiques, non seule- ment du point de vue pédagogique, mais aussi pour décrire la dynamique même de la science. L’idée d’une centralité de la controverse est largement entrée dans le débat public sur les sciences.
L’université européenne d’été de l’IHEST sera l’occasion de revenir à la fois sur ces usages multiples de la notion de controverse et sur ce qu’ils ont transformé dans notre relation avec les sciences, en s'appuyant sur des exemples concrêts avec des experts et des témoins...

En savoir plus

couv-80.jpgEn librairie Questions vives, IHEST/Actes Sud
Partager la science - L’illettrisme scientifique en question
Collectif sous la coordination de Marie-Françoise Chevallier-Le Guyader, directrice de l’IHEST
co-édition IHEST/Actes Sud...

En savoir plus

   logo-ihest.jpgL'IHEST sur Daylimotion  logo-250-rvb.jpgScience et société en vidéo  twitter-bird-white-on-blue.png l'IHEST sur twitter linkedin_logo60px.pngL'Ihest sur LinkedIn

RENDEZ-VOUS

Paroles de chercheurs

Innovation Dominante
pour la création de valeur

jeudi 16 mai 2013 - 18h00-19h30

Après "Basculement du monde, basculement de l’innovation", le Paroles de chercheurs durant lequel vous avez pu rencontrer Jean-Joseph Boillot et Navi Radjou,en janvier 2013, l’IHEST poursuit son exploration de l’innovation dans la mondialisation et vous convie à rencontrer un invité exceptionnel :

jaylee270.jpgJay LEE, président de l'
Institut avancé de recherche sur la technologie industrielle
, Université Jiao Tong de Shanghai, Directeur du Centre de recherche coopérative Industrie/Université de la NSF sur les systèmes de maintenance intelligents (IMS), professeur à l'université de Cincinnati

Pour l'industrie d'aujourd'hui, l'innovation est tout sauf facultative. L’impact économique et social ainsi que la complexité technologique croissants de la conception des produits et des entreprises se sont accompagnés d’une augmentation des exigences en matière de gestion innovante des processus pour le développement de produits et de services. Les entreprises soucieuses de faire face à la concurrence mondiale doivent apprendre à employer une méthode systématique dans le développement d’une innovation et d’un modèle d'affaires centrés sur le client et permettant de dégager de la valeur ajoutée.
Jay Lee fait appel à l'approche Innovation Dominante qu'il a développée afin de présenter des stratégies de gestion des connaissances au service du développement de l’innovation produit et entreprise. Des exemples tirés de sociétés de calibre international serviront à illustrer la manière dont se formulent les décalages entre le produit et les besoins invisibles des clients au moyen d’outils d’Innovation Dominante, parmi lesquels la carte relationnelle, la matrice innovation, la cartographie application/décalage et la méthode QFD. En outre, des exemples viendront éclairer la façon dont des entreprises de calibre international et d’autres de petite et moyenne taille peuvent utiliser l'Innovation Dominante pour devenir des sociétés spécialisées dans la productivité innovante et les services intelligents.


jeudi 16 mai 2013
18h00 - 19h30
Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
amphithéâtre Stourdzé
25, rue de la montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris


Incsription :
Dominique Brylak : dominique.brylak@ihest.fr
01 55 55 84 45

Sommaire


Séminaire du cercle de réflexion Science & Politique

Élus locaux, scientifiques, experts : quelles interactions ?
Retours d'expériences

Mardi 14 mai 2013 - 9h00-16h30

avec la collaboration de l’Association des maires ruraux de France et de la Société française Santé-Environnement

Ce séminaire s'inscrit dans la volonté des auditeurs de poursuivre les échanges amorcés au sein des promotions dans la diversité de leurs responsabilités politiques et professionnelles Il vise à approfondir les interactions qui se mettent en place très concrètement entre les élus locaux et les scientifiques et experts et d'en tirer quelques recommandations à leur usage mutuel, voire quelques lignes d'action pour l'avenir.

A quelles occasions, pour faire face à quels questionnements les élus locaux se saisissent ils des questions scientifiques et techniques ? Comment les scientifiques et experts y répondent -ils ?

Nombreuses sont les compétences des élus locaux en matière environnementale, sanitaire, énergétique... comme d'aménagement du territoire et de soutien aux entreprises innovantes.

Les décisions sont encadrées par des normes et des plans tel le Plan climat-énergie territorial, ou encore le PCET pour le traitement des déchets et se prennent en lien avec les pouvoirs publics, les agences et les experts. La gestion des risques est au cœur de ces choix. Ces décisions s'inscrivent dans un contexte où les électeurs ont accès à de très nombreuses informations scientifiques et techniques. Le public informé questionne et certains, dans des associations, développent leur propre expertise quant à ces choix.

Quels échanges se créent alors entre les acteurs ? Quelle place donner à l'information ? Quels dialogues entre élus locaux et représentants du monde scientifique pour formuler les questions et répondre aux interrogations ? Dans le débat, qui peut, parfois s'exacerber, comment garder raison face aux valeurs portées par les uns et les autres ? Des initiatives ont vu le jour qui seront discutées lors de la rencontre à partir de trois retour d'expérience.

Mardi 14 mai 2013 - 09h00 – 16h30
Institut Curie - Amphithéâtre Constant Burg
12, rue Lhomond 75005 Paris

Inscription :
Christelle TALLON : christelle.tallon@ihest.fr

Tél. : 01 55 55 87 66

Sommaire prévisionnel sur le site de l'IHEST

Sommaire

> OFFRES DE FORMATION :

CYCLE NATIONAL 2013-2014

Science, innovation et numérique : les sociétés en question

Les technologies numériques sont omniprésentes dans la quasi-totalité des activités de nos sociétés. Leur mise en œuvre s’accompagne de transformations des relations, entre individus, mais aussi entre acteurs économiques et institutionnels. Le monde numérique qui se développe sous nos yeux accompagne sans doute une nouvelle forme de révolution industrielle dont les enjeux pour la croissance comme pour l’évolution des sociétés sont essentiels à comprendre et à suivre dans la situation économique actuelle.

De quels progrès social, économique et politique, les technologies numériques sont-elles porteuses ? Le cycle traitera notamment des questions suivantes : de quelles stratégies industrielles font-elles l’objet ? De quel accompagnement éthique et juridique bénéficient-elles ? Quels partages de savoirs et de technologies, quelle éducation se mettent en place ? Un langage commun, qui permette le dialogue dans la diversité des cultures, se dessine-t-il ? Au-delà de ce fil conducteur, le cycle national 2013-2014, apportera aux auditeurs une vision large des relations science-innovation-société ainsi que des changements en cours dans la recherche, l’enseignement supérieur et les entreprises.

L’accélération du développement des innovations numériques, qu’il s’agisse de l’Internet, des technologies mobiles, de la robotique ou de nouveaux modes de production et d’organisation, a et aura des conséquences imprévisibles sur le paysage social, économique et politique. L’Union européenne, les grandes puissances économiques comme les pays en développement misent sur des innovations de rupture. Tous les secteurs sont désormais concernés : l’éducation, la recherche, la santé, les médias, l’énergie, les transports ou le développement durable… De nouvelles coordinations entre les acteurs publics et privés, de nouvelles formes de gouvernances, se mettent en place, non sans tension et controverses.

Par-delà ces manifestations, le monde numérique fait naître de nouvelles approches créatives, de nouvelles écritures. Il conduit à revisiter nos visions de la complexité, de l’innovation voire de la culture. Il touche au cœur même des fonctions symboliques qui fondent nos sociétés et, pour certains, il susciterait une troisième révolution humaniste liée à la coopération entre individus.

Nos concitoyens, devenus pour beaucoup des utilisateurs avertis, et pour certains de remarquables créateurs de nouveaux usages, méconnaissent cependant largement l’emprise des processus à l’œuvre derrière les fonctions ludiques ou esthétiques. Comme avec tous les objets technologiques, dans de nombreuses situations, une dualité se manifeste. L’univers de l’innovation numérique, des réseaux, des technologies, s’il donne naissance à de nouvelles utopies, est aussi le territoire de nouvelles fractures sociales, voire de sombres dystopies, liées au contrôle politique ou à la remise en cause des libertés individuelles.

Le cycle national de formation 2013-2014 se propose de croiser les regards de spécialistes de toutes disciplines sur ces processus et sur les transformations qui sont à l’œuvre. Le monde numérique induit-il l’apparition d’une culture inédite dans laquelle l’espace, le temps et la matière développeraient des alliances nouvelles ? Les interfaces qui tendent à relier les êtres humains entre eux, sont-elles des objets de liberté ou des systèmes d’asservissement ? L’usage de ces outils modifie-t-il l’Homme dans son développement et son comportement et à l’inverse, quelles constantes observe-t-on ?

Marie-Françoise Chevallier-Le Guyader
Directrice de l’IHEST


En savoir plus sur le site de l'IHEST

Informations:
Christelle Tallon : 
christelle.tallon@ihest.fr  Tel.:  01 55 55 87 66

Sommaire

UNIVERSITE EUROPEENNE D'ETE
La controverse : enjeux scientifiques, enjeux de société

4 jours de formation ; 1 au 4 juillet 2013 ; Les Fontaines, Chantilly (60)

Depuis une trentaine d’années, la notion de controverse semble être devenue centrale pour approcher les découvertes scientifiques, non seule- ment du point de vue pédagogique, mais aussi pour décrire la dynamique même de la science. L’idée d’une centralité de la controverse est largement entrée dans le débat public sur les sciences.
L’université européenne d’été de l’IHEST sera l’occasion de reven

ir à la fois sur ces usages multiples de la notion de controverse et sur ce qu’ils ont transformé dans notre relation avec les sciences, en s'appuyant sur des exemples concrêts avec des experts et des témoins.

Programme prévisionnel

Lundi 1er juillet

 Les visages de la controverse 

Il s’agira dans un premier temps de fixer les différents usages de la notion, qui est parfois utilisée pour parler du cœur de l’activité scientifique, parfois des usages, parfois des débats politiques ; on se demandera également si elle recouvre le même sens depuis les années 1980, où elle est devenue une manière privilégiée d’aborder les sciences (à travers la sociologie des controverses notamment).

Chaque intervenant développera un propos original, et répondra à quelques questions précises : quelle définition donner des controverses ? Sur quoi portent-elles ? A quelles valeurs et à quels publics en appellent-elles ? Quelle est leur place dans une démocratie ? Comment sort-on d’une controverse ?

  • Controverses , sciences et culture
  • Les nouveaux visages de la controverse
  • Les controverses dans l’espace européen

Mardi 2 juillet

 Les controverses font-elles (vraiment) partie de la dynamique même de la science ?

  • Les lois physiques souffrent-elles la controverse ?
  • Théorie de l’évolution, évolution des controverses ?
  • Les controverses sur les sciences humaines et sociales sont-elles de même nature qu’en sciences exactes ? Le cas de la malédiction des ressources.
  • Des controverses sans fin.
  • Le relativisme, le positivisme et le réalisme dans les controverses.

 Table ronde « Les controverses ont-elles pris une nouvelle place ou une nouvelle dimension dans le débat public ? », avec la participation d’un journaliste, d’un juriste, d’un politique, d’un industriel et d’une agence.

 Mercredi 3 juillet

 La controverse, expression du rapport aux risques ?

Ce sont les usages dans leur rapport aux risques qui font ressurgir les controverses.  Diversité des situations, diversité des solutions dans le temps et l’espace, les controverses débouchent sur des formes nouvelles d’organisation sociale face aux risques.

  • Les controverses sur les usages des techniques.
  • La question des déchets nucléaires de faible activité.
  • Le changement climatique et ses modèles.

Les cercles de la controverse

La question de l’autorité et de la légitimité sera ici étudiée: qui déclare qu’il y a controverse ? Qui a vocation à se prononcer sur son statut, à déclarer qu’elle est close ? Quelle légitimité des institutions ?

  • Doute, controverses et légitimité.

 Atelier : La controverse sur l’extinction des abeilles.

Etude d’un problème théorique croisé avec une problématique. Intervenants de différentes origines abordant chacun un domaine méthodologique dans leur domaine, avec la participation d’un épidémiologiste, d’un sociologue, d’un journaliste, d’une agence, d’une association, d’un agriculteur, d’un apiculteur et d’un industriel.

 L’inde, le Brésil : quelles controverses ?

 Jeudi 4 juillet

Comment agir en régime de controverse ?

Les controverses sont-elles désormais l’horizon indépassable de l’action politique ? Quelles modalités pour l’action politique du point de vue de la formation des politiques, et du point de vue de l’exercice de leur action ? La controverse face à la recherche de consensus. L’émergence de nouveaux processus. Les lanceurs d’alerte. Comment l’incertitude structurelle propre au régime de controverse peut-elle être intégrée dans l’éducation, la formation, la réflexion organisée sur les sciences ?

  • Penser autrement le politique ?
  • Les transformations de l’expertise
  • L’éthique face au politique
  • La rhétorique dans les controverses scientifiques et techniques
  • Controverse, Internet et éducation

Conclusion de l’Université

Informations:
Christelle Tallon : christelle.tallon@ihest.fr - Tel.:  01 55 55 87 66 

Sommaire

> EN LIBRAIRIE

PARTAGER LA SCIENCE - L’illettrisme scientifique en question

Collectif sous la coordination de Marie-Françoise Chevallier-Le Guyader, directrice de l’IHEST
co-édition IHEST/Actes Sud.
couv-5cm.jpg

La science est-elle bien « partagée » ? À quelles conditions peut-elle l’être ? La science suscite souvent un sentiment d’opacité, responsable d’une in différence, d’une inquiétude, voire d’une suspicion du public. Comment leur substituer un intérêt pour la science, ses méthodes, ses résultats et une authentique prise de conscience des questions scientifiques et de leurs enjeux de plus en plus prégnants dans notre société ?

Cet ouvrage, le quatrième de la collection « Questions vives » est parti d’un étonnement devant le néologisme Scientific illiteracy, courant outre-Atlantique : le terme d’“illettrisme” scientifique le traduit imparfaitement car il ne s’agit pas seulement de l’acquisition scolaire d’un savoir minimum mais bien d’une capacité globale à s’informer, c’est-à-dire, au sens propre, à se former une conscience et à faire siens les fruits, comme les interrogations, de la science.


Les auteurs : Jean-Pierre Bourguignon; Marie-Françoise Chevallier-Le Guyader, Coordinatrice; Sook-Kyoung Cho; Goéry Delacôte; Marc J. De Vries; Gérard Férey; Joan Ferrini-Mundy; Stéphane Foucart; Mathias Girel; Micheline Hotyat; Olivier Houdé; Rosa Issolah; Etienne Klein; Roberto A. Krankel; Hervé Le Guyader; Pierre Lena; Michel Lussault; Clare Matterson; Didier Miraton; Jean-Marc Monteil; Stéphane Natkin; Heinz Wismann. 

Sommaire

Pour plus d’informations, rendez vous sur www.ihest.fr

   logo-ihest.jpgL'IHEST sur Daylimotion  logo-250-rvb.jpgScience et société en vidéo  twitter-bird-white-on-blue.png l'IHEST sur twitter linkedin_logo60px.pngL'Ihest sur LinkedIn

Pour vous désabonner de notre mailing liste, suivez ce lien.

vendredi 26 avril 2013, par Olivier Dargouge