Accueil > Les Formations > Le cycle national > Le cycle national : présentation > Publics - Objectifs - Pédagogie

Enregistrer au format PDF
Le cycle national de formation

Publics - Objectifs - Pédagogie

Le cycle national de l’IHEST en bref

Une formation destinée aux décideurs, responsables de haut niveau de tous les secteurs d’activité désireux de renforcer leurs capacités stratégiques d’organiser la transition vers demain et de faire fructifier le lien entre la science et la société.
Trente-quatre journées, de septembre à juin, pendant lesquelles sciences et technologies sont mises en partage avec une pédagogie sans équivalent qui maille les mondes, économique, politique, scientifique, médiatique.
Des effets durables pour l’auditeur, l’organisation collective à laquelle il prend part, la qualité des débats entre science, innovation et société

A l’issue du cycle les auditeurs

• connaissent mieux les particularités des sciences et des techniques et se sont familiarisés avec les démarches scientifiques et expérimentales
• ont appris à décomposer les enjeux sociétaux et à mobiliser l’intelligence collective pour recomposer leur vision stratégique
• renforcent leurs capacités à assumer leur rôle dans la fonction d’innovation et le développement des territoires
• disposent des outils pour s’appuyer sur le débat public qu’ils contribuent à renouveler.

PUBLICS

  • responsables de haut niveau issus de tous secteurs d’activité : dirigeants d’entreprise, cadres de l’Etat, dirigeants d’établissements publics, directeurs de laboratoires, coordinateurs de grands projets et infrasctructures, responsables d’administrations territoriales, élus, journalistes, syndicalistes, représentants du monde associatif…
  • français ou ressortissant des États membres de l’Union européenne ou d’autres États (la langue de travail est le français).

La qualité du projet professionnel, l’engagement dans le déploiement des relations science-société du candidat et le soutien de son employeur sont particulièrement étudiés par le conseil d’enseignement. Il s’attache à composer une promotion représentative de la diversité des secteurs d’activité.

OBJECTIFS

L’acquisition des connaissances

Le cycle national combine un passage par cinq grands types de connaissances :
La philosophie et l’éthique : approfondissement des questions, statut de la connaissance, notion de vérité dans les sciences, place des sciences et des techniques dans différentes civilisations...
L’état des sciences et la prospective de la recherche : découverte des domaines de recherche à travers de grandes aventures scientifiques et techniques, exploration de leurs fondements historiques, conditions de la découverte, traitement des sujets de controverse...
L’économie de la recherche et de l’innovation : dimension économique de la recherche, relation de la recherche à l’innovation, conditions de succès de l’innovation, de ses différents modèles...
L’organisation des institutions : exploration du système de connaissance et d’innovation en France et à l’étranger, leur histoire, rôle des établissements de recherche et d’enseignement supérieur, fonctionnement, évaluation, prise de décision...
Les interactions entre la science et la société : description des contrastes entre cultures, des finalités et processus à l’œuvre dans l’éducation, l’information, la médiatisation, le débat public et les autres formes d’interaction...

L’acquisition des compétences

De la compréhension de l’univers des sciences et des techniques à la conception de sa stratégie. A l’issue du cycle, l’auditeur se meut plus aisément dans les relations science, technologie, innovation et sociétés, il s’autorise à mobiliser des connaissances philosophiques, des démarches éthiques, à s’interroger sur les sujets scientifiques en dehors de son champ de connaissance. Il peut soutenir des démarches interdisciplinaires d’anticipation, en particulier autour des normes et des lois. Il améliore sa capacité à négocier dans des environnement pluriels et internationaux.
Du développement d’une vision stratégique des relations science société à une meilleure anticipation. Les auditeurs se familiarisent avec l’analyse collective des enjeux sociétaux. Ils connaissent la diversité des acteurs de l’innovation et de leurs postures. Ils sont plus à l’aise pour distinguer les angles politiques, idéologiques, économiques et sociaux. Ils renforcent leur volonté de se positionner dans les débats publics et de négocier dans les environnements complexes.
Du soutien à l’exercice de la responsabilité aux gouvernances en milieu incertain. L’IHEST transmet des outils de construction d’une intelligence collective, un usage raisonné de la démarche scientifique, qui renforcent les capacités des auditeurs à engager le débat en amont des enjeux socio-politiques ou de l’avènement des crises.
L’auditeur documente les liens entre institutions et acteurs pour la prise de décision, les liens de pouvoir institutionnels, l’extension des rôles et responsabilités des acteur

La force du réseau

Pendant tout le cycle les auditeurs “cimentent” un réseau de relations durables, au sein de leur promotion et avec les intervenants du cycle. À l’issue du cycle, ils intègrent le réseau des anciens auditeurs de l’IHEST, présent sur toute la France et à l’international. Ce réseau est régulièrement mobilisé par l’association des auditeurs (AAIHEST) et par l’Institut. Il constitue une “réserve citoyenne” pour traiter des questions entre la science et la société.

PEDAGOGIE

Une pédagogie adaptée

La progression pédagogique de l’IHEST se fonde sur un aller et retour permanent entre apport de connaissances théoriques et mise en situation. Les auditeurs effectuent un parcours personnel et collectif au cours duquel ils mettent à l’épreuve la réalisation de leur projet professionnel. Ils alternent, tout au long de ce parcours, des exercices de productions individuelles et collectives.
Cinq grandes composantes
• Le séminaire d’intégration vise à partager les fondamentaux sous-jacents aux méthodes de travail de l’institut et à poser les dynamiques collectives. C’est le moment de leçons inaugurales en épistémologie et philosophie des sciences, d’illustrations de la démarche scientifique, de décryptage des controverses et de l’organisation de débats. C’est aussi le temps de la connaissance mutuelle et de la fondation de l’esprit de groupe de la promotion.

Huit sessions thématiques pour explorer chacune des facettes du thème du cycle.

Elles combinent :

  • des interventions de personnalités de stature internationale partageant connaissances, démarches et perspectives de leur point de vue disciplinaire.
  • de études d’objets illustratifs de problématiques sociales, de recherche ou d’innovation. Leur analyse fait apparaître la complexité des connaissances actuelles, du jeu des acteurs impliqués, des enjeux collectifs.
  • des temps de modélisation collective pour appréhender l’hétérogénéité des connaissances et composer un regard critique

Trois formes d’études de cas

En ateliers

Par petits groupes, les auditeurs traitent de manière autonome et en intelligence collective des thèmes d’actualité sous la direction d’animateurs pédagogiques.

Selon une démarche comparative

En France, en Europe et à l’international, ces études de cas permettent i) de réaliser la richesse et la diversité des sites de recherche, d’enseignement, d’innovation, ii) de percevoir ce qui fonde les interactions entre acteurs, iii) d’appréhender les relations entre les systèmes politiques, les cultures et les sciences, les synergies des acteurs ou leurs dissensions. Les auditeurs produisent collectivement des rapports d’étonnement réunissant leurs réflexions et questionnements sur ces trois grandes dimensions.

Par immersion

Une journée d’immersion auprès d’un ancien auditeur fournit à chaque auditeur la possibilité d’étudier concrètement un environnement professionnel différent.

Des productions

Les études de cas donnent lieu à des rédactions collectives et individuelles de natures variées (rapports d’étonnement, rapports d’immersion).

Des mécanismes d’enregistrement des acquis

À la fin de chaque session, les auditeurs rédigent individuellement et anonymement une synthèse de leurs acquis et formulent des propositions. L’IHEST adapte ainsi la progression du cycle


vendredi 6 janvier 2017, par Olivier Dargouge